DM For the Masses

L'électro pop de Depeche Mode, la Musique, le Cinéma et les Arts de façon générale
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sécurité : Opération Drônes - Caméras de Surveillance

Aller en bas 
AuteurMessage
Dorian
Administrateur
Administrateur
avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 14/10/2007
Age : 35
Localisation : Dijon - Lyon

MessageSujet: Sécurité : Opération Drônes - Caméras de Surveillance   Lun 15 Oct - 23:13

Je vous propose deux sons de cloches différents concernant l'idée d'implanter de nouvelles caméras de surveillance partout en France ainsi que l'instauration d'un drone.

Voici un article de L'Express où Alliot Marie présente la chose et développe ses arguments. Puis suivra un court article de Libération où un maire dénonce l'idée d'utiliser ce clone.


Vidéosurveillance: bientôt un million de caméras

L'Express, 12 octobre.

Michèle Alliot-Marie estime que "l'opinion publique est prête" à la généralisation de ce système. La ministre de l'intérieur veut tripler le nombre de caméras d'ici 2009. Elle justifie aussi l'utilisation des drones dans les banlieues.

Michèle Alliot-Marie veut tripler le nombre des caméras de vidéosurveillance en France d'ici à la fin 2009, ce qui pourrait porter leur nombre à un million.

"La vidéosurveillance est une nécessité face au terrorisme, et un atout contre l'insécurité", déclare la ministre de l'Intérieur dans Le Monde, daté du 13 octobre.

"Je compte donc tripler le nombre de caméras en moins de trois ans, d'ici à fin 2009", ajoute-t-elle.

Selon Michèle Alliot-Marie, "l'opinion publique est prête" aujourd'hui à accepter une généralisation de ces systèmes, y compris le projet de recourir aux drones pour prévenir les violences urbaines dans les banlieues.

Un député PS de Seine-Saint-Denis, Daniel Goldberg, s'était alarmé jeudi du projet de développer ces engins légers de surveillance aérienne pour surveiller les "quartiers", y voyant une stigmatisation des habitants des banlieues.

Dans son interview, Michèle Alliot-Marie ne précise pas le nombre actuel de caméras.

Selon Le Monde, l'inspection générale de l'administration évalue à 340.000 le nombre actuel de caméras autorisées, qui passeraient donc à plus d'un million d'ici fin 2009.

A Paris, la RATP devra porter le nombre des caméras à 6.500, en améliorant la qualité des images disponibles pour la police. En province, sur 230 villes, seules 53 sont raccordées aux centres de commandement de police.

BAISSE DE LA DELINQUANCE

Michèle Alliot-Marie a donc chargé les préfets "d'encourager le transfert des images de vidéosurveillance dont disposent les municipalités, d'ici à la fin de l'année."

Le ministère de l'Intérieur prendra à sa charge les frais, estimés à quatre millions d'euros.

"Ce projet entre dans ma stratégie pour faire du ministère de l'Intérieur un grand ministère moderne de la sécurité intérieure", explique Michèle Alliot-Marie.

Priée de dire si le développement de la vidéosurveillance et, demain, le recours aux drones, ne risquent pas de braquer l'opinion, la ministre souligne que les derniers attentats à Londres ont été évités grâce au système anglais de vidéosurveillance, "dix fois plus développé que le nôtre."

A ses yeux, ce secteur est resté "à un état relativement embryonnaire" en France en raison d'une "sous-estimation des problèmes de sécurité."

Elle estime cependant que les maires de droite comme de gauche sont "de plus en plus conscients de l'appui à la sécurité que ces moyens peuvent apporter" et que des progrès ont été accomplis pour protéger la vie privée.

"Je serai particulièrement vigilante à ce que la sécurité des Français soit toujours assurée dans le respect de leurs libertés", assure-t-elle.

Michèle-Alliot-Marie se félicite par ailleurs des derniers chiffres démontrant une baisse de 7,65% de la délinquance générale en septembre par rapport à septembre 2006.

"C'est le meilleur mois de septembre depuis 1995", dit-elle en insistant sur le recul des violences aux personnes, qui est de 7,45%.





Surveillance : le maire de Bondy condamne le projet de drône de la police

Libération, le 15 octobre


Il n’a pas encore pris l’air, mais il provoque déjà des turbulences. Le projet du ministère de l’Intérieur d’employer des drones (avions sans pilote) ultralégers pour surveiller les quartiers sensibles est jugé «inacceptable» par Gilbert Roger, maire PS de Bondy et premier vice-président du conseil général de Seine-Saint-Denis.

«Nos banlieues ne sont pas l’Irak, estime le maire dans un communiqué. Chaque jour, les maires des villes de banlieue parisienne travaillent sur le terrain pour redonner confiance à leurs habitants. L’annonce du projet d’utilisation de ces robots volants par le gouvernement sape tous nos efforts. Le gouvernement n’a aucune confiance en nos administrés.» La Police a dévoilé son prototype de drone au salon Milipol, qui s’est tenu la semaine dernière à Paris. Baptisé Elsa (engin léger de surveillance aérienne), il est pourvu de deux moteurs électriques et d’une caméra jour-nuit. Ce projet vise, selon l’Intérieur, à répondre à trois types de mission : surveillance, de jour comme de nuit, de rassemblements ; aide aux forces de l’ordre lors de violences ; recueil d’informations avant une intervention délicate. En juillet 2006, la police avait utilisé un avion, équipé de caméras, pour une mission de surveillance au-dessus de la Seine-Saint-Denis.

Pour le maire de Bondy, il faut s’interroger sur le coût de l’avion-espion, le drone testé coûtant, selon lui, 10000 € l’unité : «La lutte contre la délinquance nécessite des moyens humains. Il faut plus de policiers sur le terrain et non des machines. Une telle initiative risque de renforcer le désengagement de l’Etat dans les banlieues.» Alliot-Marie doit tenir aujourd’hui dans le 9-3 sa troisième réunion sur les relations police-population.



Que pensez-vous de cette proposition concernant l'instauration de ces drones ?

Faut-il suivre le modèle britannique où les caméras de surveillance sont omniprésentes ?
Faut-il abandonner cette piste en privilégiant d'autres moyens (moyens humains,...) ? Est-ce un réel danger pour les libertés ? Et si oui, la contepartie en terme de lutte contre la délinquance ne doit-elle pas l'emporter ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmforthemasses.forumperso.com
Aquadiblues
Administrateur
Administrateur
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 14/10/2007
Age : 33
Localisation : Dijon/Lyon

MessageSujet: Re: Sécurité : Opération Drônes - Caméras de Surveillance   Mar 16 Oct - 22:03

Personnellement, l'installation de caméras de surveillance ne me dérange pas! Je dois faire partie de "l'opinion publique prête à la généralisation" du système!
Si on y réfléchit bien, on est déjà filmé quasiment partout : dans les magasins, dans les parkings, dans les gares, métros,... En fait, il ne manquait plus que dans la rue!
Je ne connais pas les statistiques (cela pourrait être intéressant de les rechercher) mais je pense qu'il y a tout de même moins d'agressions dans les lieux actuellement filmés que dans ceux où il n'y a pas de caméra.
N'ayant rien à cacher, je ne me sentirais pas épiée. Au contraire, je me sentirais plus protégée ; je pense que les caméras ont un effet préventif. Les agresseurs y réfléchissant à deux fois avant de passer à l'acte devant une caméra.
De plus, vivant depuis peu à Lyon, une de villes les plus filmées de France, je ne me suis aperçue de rien. Je n'ai même pas l'impression d'être filmée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian
Administrateur
Administrateur
avatar

Messages : 360
Date d'inscription : 14/10/2007
Age : 35
Localisation : Dijon - Lyon

MessageSujet: Re: Sécurité : Opération Drônes - Caméras de Surveillance   Jeu 25 Oct - 13:14

Dans le dernier Métro, on apprend que MAM souhaite que ce drone soit utilisé lors des grèves et manifestations, mais aussi lors des évènements sportifs.

Sinon concernant la problèmatique globale de la généralisation des caméras de surveillance, je suis moi aussi en faveur de cette opération.
Je ne comprends d'ailleurs toujours pas les raisons qui motivent les opposants à ce projet. Protection de la vie privée ? Les caméras sont placées dans des lieux publics exclusivement. Protection de la liberté de circulation ? Les caméras de surveillance n'empêchent personne de se déplacer (sauf dans un deuxième temps, ceux qui ont commis quelque chose de répréhensible). La peur d'être pisté ? D'une part cela existe déja un peu partout comme le disait Aurélié plus haut. D'autre part, pensez-vous sérieusement que le mec qui est derrière la caméra et qui fait cela chaque jour de chaque semaine et ce, pendant toute l'année, et qui voit des dizaines, des centaines voire des milliers de personnes passer chaque jour devant ses écrans va s'amuser à épier quelqu'un toute la journée pour le plaisir de l'épier (et même si c'était le cas, qu'est-ce qu'il y gagnerai ?).

Bref. Cela permet aux gens d'être plus rassurés, mais aussi plus en sécurité grâce à la prévention (au sens de dissuasion) que ces outils représentent. Les données pourraient d'ailleurs servir à élucider bon nombre d'affaires délictuelles voire criminelles, y compris des années après. L'exemple du pédophile arrêté en Thaïlande après avoir été repéré dans un aéroport puis dans un distributeur à quelques kilomètres n'est qu'une illustration parmi d'autres : les enquêteurs ont pu reconstituer son parcours et remonter jusqu'à lui. De nombreux autres exemples pourraient être évoqués, à commencer par le 11 septembre aux USA : les caméras de surveillance ont permis de comprendre ce qu'il s'était passé (comment les pirates ont pu passer), ce qui a permis de connaitre les failles des aéroports (et lieux publics) en Amérique et de les corriger. D'où un gain de sécurité.
Ou une bagarre classique aboutissant à un homicide involontaire (ou à autre chose). Les versions des protagonistes diffèrent. Quel élément tangible viendra au secours du juge (qui jusqu'ici n'a que son intime conviction...) ? Des enregistrements.


On sort un peu du sujet tout en y restant : en Angleterre justement, il y a des caméras de surveillance (avec ou sans radar automatique) à chaque feu rouge.
1. Avantages :
- la prévention : les gens savent qu'ils n'ont plus intérêt à griller les feux
- plus de polémiques avec les forces de police ou le juge pour savoir si la personne est oui ou non passée au rouge

2. Inconvénient :
- Lorsqu'avant il était possible de passer 30 fois au rouge pour une seule arrestation, il y a désormais une tolérance 0.

Tout cela pour dire que la caméra de surveillance est un outils très précieux dont l'utilité potentielle est énorme et encore insoupçonnée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dmforthemasses.forumperso.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sécurité : Opération Drônes - Caméras de Surveillance   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sécurité : Opération Drônes - Caméras de Surveillance
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une idée de cadeau pour une prochaine Opération Fan ?
» Génération Woodstock
» Site internet de la CFBF fédération de Picardie
» Opération cadeau # 3 : CHOIX DEFINITIF
» Dégénération à la radio...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DM For the Masses :: THE THINGS YOU THINK :: Politique - Société-
Sauter vers: